CONTRACEPTION ORALE

 

 

Madame, Mademoiselle,

                        Votre médecin vient de vous proposer une contraception par voie orale «la pilule» Ces quelques explications et conseils

 

vous permettront de mieux comprendre son fonctionnement, ses avantages mais aussi ses obligations.     

Un médicament que vous connaissez bien, que vous  appréciez sera pris de façon régulière et optimale, gage d’une efficacité maximale.

La pilule  ne protège pas contre les maladies sexuellement transmissibles et l’utilisation de préservatifs de qualité est le complément naturel de la contraception orale.

                                        

La contraception orale peut être prescrite  aux mineures sans "autorisation parentale" à la différence de l’avortement.

                             

Différents points à aborder :

 

1/ Les différentes  classes de pilules          
2/ Mode d’action de la pilule
 3/ Mode d’emploi au quotidien
4/ l’oubli
5/ Les incidents
6/ La « pilule du lendemain »
7/ En cas d’échec de la contraception.
8/ Exemple en image: Trinordiol
9/ Questions

 

1/ les 2 principales classes de pilules selon leur composition :
è    Oestroprogestatifs : éthinyl-oestradiol et progestatif associés.       

Pilules classiques pour tous les âges de la femme. Le dosage et la nature des composants varient selon la marque et l’effet recherché.

 

è    Progestatifs purs :
Contraceptifs donnés en cours d’allaitement ou en cas de contre-indication aux pilules classiques (séquelles ou risques de phlébite notamment)    

 

--> Contraceptifs particuliers 
 
Diane  35 : contraceptif différent des précédents, prescrit en cas d’acné ou d’hyper androgènie et s’apparentant aux oestro-progestatifs pour ses contre-indications.
Androcur : progestatif en association à un oestogéne (Provames, voir Diane 35)

2/ Mode d’action de la pilule 

        

 

3/ Mode d’emploi au quotidien

         trois cas peuvent se présenter 

3-1/ le début  de la  contraception orale :

                        Débutez votre plaquette par le comprimé numéro 1,

        

Les règles sous pilule sont des « hémorragies de privation » c’est à dire liées à l’arrêt de la prise d’hormones. Vous ne présentez pas de risque de grossesse lors de l’arrêt de la pilule entre deux plaquettes.

           

Reprise de la pilule après 7 jours. Le jour de reprise sera le même jour de semaine que lors de la 1 ère plaquette ( intérêt de cocher le jour sur la plaquette !) . Attention, Minesse et Melodia comportent 28 comprimés par plaquette. Il n’y a donc pas d’arrêt de la prise de pilule d’un cycle à l’autre.

 

                       

3-2/ la  contraception en rythme  habituel.

                   Bien respecter les 7 jours entre deux plaquettes. Le jour de semaine de la première  prise du cycle  sera toujours le même au fil des mois. Il n’est pas nécessaire d’envisager un arrêt de la contraception au motif de soulager votre organisme d’une imprégnation hormonale permanente. Le risque d’une grossesse non-désirée est par contre très important en l’absence de la contraception dont vous avez l’habitude.

    

   En cas de vomissement dans les deux à trois heures qui suivent la prise de votre pilule, il vous faut reprendre une pilule identique au plus tôt, d’où la nécessité d’avoir au minimum une plaquette d’avance.

 

3-3/ le changement de pilule

1-     Votre médecin vous a prescrit un contraceptif de marque différente de celui du mois précédent.  Habituellement, il s’agit de pilules oestro-progestatives combinées qui demandent une simple interruption de 7 jours comme si vous étiez restée avec la même marque de pilule d’un mois sur l’autre. Pas de changement du 1er jour de prise d’un cycle à l’autre.

 

2-     Passage d’un progestatif pur à un oestroprogestatif

C’est le cas notamment en fin d’allaitement ne permettant durant cette période que la prise de Milligynon ou de Microval par exemple. La prise d’une pilule combinée se fera (1) soit « en continu » c’est à dire le lendemain de la prise du dernier comprimé de Microval ou Milligynon,

   (2) soit le 1er jour des règles apparues de façon spontanée sous Microval.

Une contraception mécanique (préservatif) ou chimique ( ovule ou crème spermicide) est conseillée pendant la première semaine .

 

4/ L’oubli !!!

    Cette erreur doit rester l’extrême exception. L’efficacité de votre contraception repose sur la prise régulière pour maintenir un taux hormonal efficace et un blocage complet de l’ovulation

 

    Un oubli corrigé dans les 12  heures par la prise de la pilule oubliée ne générera pas d’incident. Au-delà, la prudence s’impose !

Continuez votre pilule pour ne pas perturber le rythme de vos cycles mais une contraception mécanique type préservatif s’impose.  L’oubli fréquent de votre pilule vous fera envisager une autre méthode de contraception (stérilet, implant progestatif par exemple)

Attention !!!!

L'oubli de votre pilule durant la première semaine peut déclencher l'ovulation. Il est alors préférable d'utiliser un autre mode de contraception (préservatif ) tout en continuant la prise habituelle de la pilule et avoir pris au plus tôt la pilule oubliée.

L'oubli pendant la 2 me et la 3 me semaine est moins grave et le tableau ci-dessous est utilisable .

Oubli avec les oestroprogestatifs combinés

 

Heures de retard
1 re semaine
2 me semaine
3 me semaine
Moins de 12 heures

Prendre la pilule oubliée et continuer normalement ensuite.

Protection assurée.

Plus de 12 heures

Sans rapport avant cet oubli.

  • Prendre la pilule oubliée
  • Continuer la plaquette
  • 7 jours avec préservatif.
  • Protection assurée
  • Prendre la pilule oubliée
  • Continuer la plaquette
  • Protection assurée
  • Prendre la pilule oubliée, continuer la plaquette et entamer une nouvelle plaquette sans arrêt de 7 jours.

 

  • Ou abandonner la plaquette en-cours et débuter une nouvelle plaquette après 7 jours d'arrêt.
  • Pas de risque de grossesse

Plus de 12 heures

Rapports dans les 4 jours précédents cet oubli

  • Prendre la pilule oubliée
  • Pilule du lendemain !!
  • Continuer la plaquette
  • Préservatif pendant 7 jours
  • Protection retrouvée après 7 jours
  • Prendre la pilule oubliée
  • Continuer la plaquette
  • Préservatif si oubli supérieur à 4 jours
  • Protection assurée

( tableau d'après "Gynécologie" par Giraud, Rotten, Brémond, Poulain Ed. Abrégés Masson)

 

Oubli avec contraceptifs progestatifs microdosés (Microval,Milligynon, Cérazette, ..)

Heures de retard
Urgent
Efficacité contraceptive
Précautions nécessaires
Moins de 3 heures
Prendre au plus tôt la pilule oubliée
Conservée
non
Plus de 3 heures
Prendre au plus tôt la pilule oubliée
Retrouvée seulement après 3 jours de reprise de la pilule
Préservatif durant 3 jours après cet oubli.


 
5/ Les incidents de la contraception
          Les nausées en tout début de prise de pilule.
          Le gonflement des seins.
          Le "spotting" = petites pertes de sang au cours du cycle.
          La diminution de la durée et du volume des règles.
          La prise de poids est rare.
L’absence de règles sous pilule doit vous faire contacter rapidement le médecin prescripteur. Il s’agit le plus souvent d’un incident passager mais prudence …

       C’est un incident souvent présenté entre la 1re et la 2me plaquette de pilules en début de traitement .

6/ La pilule du lendemain

       C’est une "contraception d’urgence"  qui ne doit pas remplacer la contraception classique. Un seul produit enn2009, Norlévo, est à votre disposition à prendre au plus tôt après un rapport sexuel avec  risque de fécondation (rupture de préservatif ou pas de préservatif du tout par exemple)

Ce médicament est à prendre dans les 72 heures qui suivent le rapport. L’efficacité est d’autant plus importante qu’utilisé le plus tôt possible !

Se reporter à la page "Contraception d'urgence"

Norlevo :

         

7/ Échec de la contraception orale

                      

8/ Exemple en image : Trinordiol

  

21 comprimés de couleur différente dans le cas de Trinordiol
Les comprimés sont numérotés de 1 à 21 et doivent être pris dans cet ordre sans aucune fantaisie.
Les opercules correspondant à chaque jour de la semaine sont bien visibles et sont à perforer par la face postérieure de la plaquette.
Respecter la date de péremption notée sur la plaquette.
Les plaquettes peuvent être rectangulaires ( Trinordiol) ou rondes( Cycléane par exemple)
Les boites contiennent un mois ou trois mois de traitement.

 

9/ Questions

1 - Que faire en cas de grossesse débutée sous pilule ?

Un oubli répété de prise de pilule peut provoquer une grossesse. Les hormones contenues dans la pilule ne sont pas dangereuses pour l ‘embryon si l’exposition aux hormones est de courte durée. La découverte d’une grossesse sous estroprogestatifs  n’en justifie pas l’interruption si la poursuite de cette grossesse est souhaitée.

2 - Prise de pilule sur 2 cycles « en continu »

Il est possible de ne  pas interrompre la prise de pilule d’un cycle à l’autre, c’est à dire de finir la 1 ère plaquette et reprendre dès le lendemain, le premier comprimé de la plaquette suivante. Cette possibilité doit rester rarement utilisée (sport, contingences personnelles, ..) et ne pas concerner plus de deux cycles d’affilée. Ce n'est pas possible avec les pilules triphasiques type Trinordiol. Prudence avec les

pilules biphasiques( voir votre médecin à ce propos)

        
3 - Les pilules dites de « 3 me génération » ne sont pas remboursées !

       Cette dénomination concerne le progestatif utilisé.

                   Pilules récentes pour lesquelles les laboratoires pharmaceutiques

                   ont préféré conserver  un prix de vente élevé et le non-remboursement par la

                    Sécurité Sociale. Leur efficacité et leur tolérance sont  semblables

         à celles des pilules remboursées. Ce sont des oestroprogestatifs.

      Un risque thromboembolique accru a été récemment remarqué avec ces pilules

     mais ne remet pas en cause leur utilisation.

4- 21 ? 24 ? 28 comprimés par plaquette mensuelle ?

 

                       

En souhaitant que ces quelques conseils vous aident à utiliser au mieux la pilule.

 

Votre médecin comme votre pharmacien sont à votre disposition pour répondre

à toutes vos questions à ce propos. N’hésitez pas !

 

 

Dossier préparé par le Docteur Christophe Bezanson
Médecin Généraliste (Paris)

 

 

Mise à jour: lundi 2 février 2009

 

 

Retour au sommaire